top of page

L’une des raisons de la fidélité que les collectionneurs, depuis 70 ans, portent à Boullaire, c’est le caractère à la fois d’étrangeté et d’évidence qui se dégage des tableaux de Jacques Boullaire mais aussi de Anne Hervé, moins connue mais tout aussi intéressante, comme si ces visages et ces corps provenaient d’une grande distance temporelle, venaient d’un monde lointain et d’un autre temps. Pourtant ils témoignaient d’une réalité rétive au changement qui transparait encore aujourd’hui si l’on quitte la vie bruyante de Papeete pour les districts, ou pour les endroits plus paisibles des Îles-sous-le-vent ou des îles basses des Tuamotu.

 

 

 

Poèmes de Polynésie

Encore un Popaa (étranger) qui écrit sur la Polynésie… J’ai bien lu Henri HIRO que j’admire et je me réjouis que tant de Polynésiens aient suivi son conseil de parler eux-mêmes de leur pays et de leur culture que ce soit en rēo māòhi (langue tahitienne) , en français ou, pour quelques-uns, en anglais. Les précurseurs encore en vie continuent avec talent leur œuvre comme Flora Devatine et d’autres, jeunes ou moins jeunes, ont pris en main leur destin de descendance par le biais du travail d’écriture. La revue Littérama’ohi a permis à de nombreuses personnes de publier sinon une œuvre du moins quelques textes, rendant possible une polyphonie et une multiplicité de points de vue. Trente ans après sa mort, le vœu d’Henri Hiro s’accomplit d’autant plus que des personnes, dont Jean-Marius Raapoto, ont œuvré et œuvrent pour que les langues polynésiennes ne se perdent pas, mais, au contraire, connaissent un essor important en renforçant leur enseignement, en introduisant la pratique du ôrero (art oratoire) dans les écoles et les établissements du second degré. À L’Université, de brillants chercheurs comme Jacques Vernaudon, Mirose Paia et d’autres ont pris le relais. Des professeurs des écoles et du secondaire se mobilisent courageusement pour faire aboutir toutes les expériences novatrices et porteuses. Ceci est ma simple participation - Patricia Bennel

 

 

William Albert Robinson

 

Cet ouvrage relate en images l’épopée incroyable William Albert Robinson, que la plupart des gens appelaient Robbie. À l’époque, il fut le premier à faire le tour du monde sur le plus petit bateau.

Ce fût par une chaude et humide soirée du 23 juin 1928 que l’ingénieur de 25 ans quitta New York à bord d’un ketch Alden qui faisait 32 pieds (environ 10 mètres) qu’il appela le Svaap (rêve en Sanskrit), dans lequel il avait investi toutes ses économies. Il avait passé les trois dernières années à travailler dans une usine de textile du Lower East Side tout en préparant son rêve personnel. Il passait ses soirées à étudier des cartes marines ainsi que la théorie et la méthode de navigation céleste avec un sextant, guidé par les observations du soleil et des étoiles. À l’aide de livres empruntés à la bibliothèque municipale de New York, il lisait les premiers découvreurs, Quiros, Roggeveen, Cook, Bougainville… Sur les docks, il passait des journées entières à regarder décharger les navires en provenance de Calcutta, de Hong Kong, ou de Kobe. Il voulait voir le monde, à une époque où la mer était le seul chemin.

Robbie n’avait initialement prévu de participer qu’à la course des Bermudes avec le Svaap mais le voyage devint un tour du monde qui allait durer plus de trois ans. Son retour à New York le 24 novembre 1931 fut un triomphe. Il venait de boucler 32 000 milles nautiques avec son fidèle matelot Etera qu’il recruta à Tahiti. Son premier matelot, Willoughby Wright, qui fit le trajet de New York à Tahiti décida quant à lui d’abandonner l’aventure et regagna son pays natal, les États-Unis. Inspiré des articles qui lui avaient été commandés, son premier livre Deep Water and Shoal connut un immense succès aux États-Unis dans les années 1930. Ce livre raconte les aventures extraordinaires de Robbie durant son tour du monde à bord du Svaap dont celles dans le Pacifique du Sud, la Papouasie-Nouvelle-Guinée, l’Indonésie, le Sri Lanka et le Moyen-Orient, lesquelles sont illustrées dans ce livre.

Toutes les photos de ce livre sont tirées de la collection personnelle de William Albert Robinson. Les photos en couleurs sont des reproductions de diapositives sur verre pour lanterne coloriée à la main de cette même collection.

Jacques Boullaire Anne Hervé

F1,500.00Prix
    • Aucun